samedi 18 février 2012

Etre solidaire avec le peuple grec

J'ai plusieurs fois abordé les problèmes rencontrés par la Grèce. Je ne fais pas une fixation mais je souhaite que les français prennent conscience des restrictions imposées au peuple grec qui se voit imposer plan de rigueur sur plan de rigueur.

Et rien n'est assez pour répondre aux exigences du FMI mais aussi de l'Europe où le terme solidarité a complétement été effacé du dictionnaire, notamment sous l'impulsion des deux dirigeants Français et Allemand.

Jusqu'où A.Merkel et N.Sarkozy iront-ils dans leurs insoutenables exigences envers la Grèce?

Ce n'est pas en asphyxiant le peuple, en répandant la misère dans la population, en licenciant des fonctionnaires, en ramenant le salaire minimum en dessous du seuil de pauvreté que l'on aide un pays à sortir d'une crise aussi grave.

Ce manque de solidarité montre les limites de notre système actuel qui est devenu incapable de développer d'autres stratégies que celles imposées par le FMI et la finance internationale.

Il faut sortir de cette société où le politique a abandonné ses prérogatives aux agences de notation et aux financiers et redonner ses lettres de noblesse à la politique.

5 commentaires:

  1. Claude AUBRY18/02/2012 21:27

    Je pense que la position que nous devons défendre est la création d'un ministère de l'économie pour l'ensmble de la zone €uro, ayant le contrôle sur la Banque Centrale Européenne et pouvant seul lancer des emprunts par le biais des euro-obligations (ou euro-bonds).

    L'idée d'euro-obligations était au programme aussi bien pour le MoDem que pour Europe Ecologie-les Verts lors des élections européennes en 2 009.

    Evidament les gouvernements français et allemand, champions des droites nationales souverainistes ne peuvent que si opposer, préférant vociférer contre le peuple grec plutôt que de l'aider.

    Cela n'empèche pas que la Grèce se doit de devenir un Etat moderne en mettant un terme à la corruption et aux privilèges.

    Par ailleurs je ne suis pas d'accord au sujet du jugement que vous portez vis-à-vis des agences de notation, elles sont indispensables dans une économie de marché régulée dont CAP21 est partisan.

    Soyons responsables, et ne rejoignons pas dans la démagogie les partis populistes, que ce soit le Front de Gauche ou le Front National.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Claude AUBRY18/02/2012 21:32

      ..... s'y opposer.... la honte!!!

      Supprimer
  2. Je suis d'accord avec vous sur le fait qu'il faudrait une structuration européenne au niveau de l'économie (ministère de l'économie ?) et que la banque centrale ne peut pas actuellement jouer le rôle qu'elle devrait jouer à l'image par exemple des banques centrales Américaine et Britannique.

    Si j'étais personnellement favorable aux euro-bonds, il n'y a pas eu de consensus sur ce point au niveau de Cap21.

    Quand aux Agences de notation, j'ai fait plusieurs communiqués de presse validés par le bureau politique Cap21 pour dire deux choses :
    - il est anormal que des agences de notation privées et américaines dédiées aux notations des entreprises notent des Etats
    - la nécessite de développer une agence de notation européenne indépendante et non privée.
    Ces points sont ceux du BP de Cap21.

    Quant à votre deuxième message :"s'y opposer, la honte", je ne comprends pas comment l'interpréter.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Claude AUBRY19/02/2012 15:57

      J'avais écrit dans le premier message "ne peuvent si opposer..." au lieu de "s'y opposer" c'est tout simplement que j'ai fait amende honorable par second message en écrivant la honte!!!

      Au sujet des agences de notation, en fait ce ne sont que des audits, et de ce fait ne doivent avoir aucun lien de dépendance vis-à-vis des états, elles émettent un avis, libre ensuite aux marchés de suivre ceux-ci ou de les ignorer.
      Les agences de notations ont pour vocation informer sur les risques encouru par l'investisseur.
      Bien sur elle peuvent se tromper, mais dans ce cas la sanction est rapide par la perte de confiance.
      Oui les états doivent être notés, l'investisseur tien comptes de la note ou pas.
      Affirmer que les agences de notation ne doivent pas être privées pour ma part est inquiétant.
      Maintenant qu'une agence soit américaine ou européenne ne change rien sur le fond, les seuls critères à retenir sont l'honnêteté morale et la compétence, nous ne devons pas faire de procès d'intention.
      Si le Bureau Politique a pris une telle position, c'est son problème,pour ma part je continuerai à penser que les états,comme toutes les institutions émettricess de dettes ont besoin d'organismes extérieurs financés par les acteurs du marché, et ayant pour rôle de noter en toute indépendance.

      Se taire lorsque l'on a une divergence avec le Bureau Politique, serait trahir l'esprit d'ouverture à l'origine du MoDem et je rappelle la phrase prononcée par Corinne LEPAGE le 24 mai 2007 au Zénith à Paris:
      "Nous allons monter un parti politique qui sera un exemple en matière de gouvernance, un véritable parti politique faisant remonter le bas vers le haut et non pas le haut vers le bas comme on le voit habituellement"

      Supprimer